• 21b.jpg

    Parmi les cinq principes du Reiki, il est dit que nous devons respecter nos ancêtres et nos parents. Ce précepte concerne également les enseignants et les instructeurs. Ouvrons une méditation...

    Honorer et respecter ses proches

    Mikao Usui nous a laissé cinq préceptes sur lesquels nous pouvons méditer chaque jour. Cela permet de se centrer sur un sujet particulier, de nous mettre en état de gratitude.

    C'est ainsi que se rappeler d'honorer tous ceux qui nous ont instruits est un moyen de reconnaitre que, si nous en sommes à un point donné de notre vie, c'est en partie grâce à eux et en partie grâce à nous même. Ainsi, nous avons un métier passionnant, grâce aux cours que nous avons suivis, et grâce au temps qu'ont pu consacrer nos instructeurs à nous enseigner des choses qui nous ont passionné.

    Si nous avons pu suivre ces études, c'est aussi grâce au travail de nos parents qui nous ont payé des cours pour nous instruire.

    Nos parents, ont eux aussi eu leurs parents qui les ont aidé à grandir et à être ce qu'ils sont aujourd'hui. Cela permet de se demander pourquoi, tandis que dans certains pays les personnes âgées sont honorées et gardées autant que possible au sein des foyers familiaux, dans d'autres pays, elles sont reclus dans des maisons de retraite, sans visite, alors qu'elles sont encore valides et bien portantes. 

    D'un point de vue de l'énergie universelle, si l'on a bien compris que nous sommes tous reliés, nous savons aussi que nous ressentons plus ou moins les choses, d'autant plus lorsque cela touche nos plus proches parents, grands-parents, enfants, frères et soeurs.

    Honorer et respecter, c'est aussi accepter de ne pas être d'accord sur tout, sans que cela entame le lien d'amour d'une famille. Ne pas confondre les intérêts matériels et les avis contradictoires liés aux différences de personnalité, avec l'amour inconditionnel qui, comme son nom l'indique, se situe en dehors de toute conditions et surtout, en dehors des contingences matérielles ou de divergences d'opinions.

    Respecter l'autre, c'est l'accepter tel qu'il est, même quand il est très différent de nous.

    Alors, aujourd'hui, commençons cet exercice et ayons du respect pour nos aînés, notre familles et nos enseignants.

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • 29.jpg

    Parmi les principes du Reiki, nous pouvons méditer sur ce que nous apporte l'énoncé suivant : "Aujourd'hui, juste aujourd'hui, aie de la gratitude et du respect envers tout ce qui vit".

    Le respect d'autrui et de toute forme de vie est essentiel pour une vie harmonieuse. Quant à la gratitude, elle nous permet aussi d'apprécier chaque moment de notre vie, d'être globalement plus optimiste et en meilleure santé.

    Respect et gratitude envers tout être vivant

    Comme l'explique Matthieu Ricard, moine bouddhiste, et auteur de nombreux ouvrages traitant de l'altruisme et de la compassion : "On peut définir l’amour altruiste comme "le désir que tous les êtres trouvent le bonheur et les causes du bonheur."
    Ce désir altruiste s’accompagne d’une constante disponibilité envers autrui alliée à la détermination de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour aider chaque être en particulier à atteindre un authentique bonheur."

    Comme dans toute la philosophie bouddhiste, l'altruisme englobe "tous les êtres". Ceci nous rappelle qu'il est important de porter secours lorsque cela s'avère nécessaire, à tout le monde - sans connotation de préférence, car nous sommes plus enclin à aider notre famille ou un ami proche, qu'à porter secours à quelqu'un que nous ne connaissons pas. Cette philosophie qui s'applique à "tout être" englobe les personnes, les animaux et les végétaux.

    Respect et gratitude envers tout être vivant, c'est aussi ne pas détruire des forêts à outrance, ne pas polluer les eaux ou l'air que nous respirons, ne pas faire souffrir les animaux, etc...

    Si l'on y réfléchit, nous ne sommes pas un petit être séparé du reste des êtres, mais nous sommes tous interconnectés. On commence à parler de plus en plus de l'urgence de prendre soin de la planète si nous ne voulons pas voir les générations futures souffrir par nos attitudes égoïstes. Déjà, des maladies d'aujourd'hui pourraient être évitées si notre environnement avait été respecté et n'avait pas été pollué.

    De même, on observe des maladies endémiques chez les animaux d'élevage. Cela devrait nous faire réfléchir à la façon dont ces animaux sont traités - pour certains, ils naissent en batteries, ne voient pas le jour, et finissent un jour dans notre assiette après une existence de souffrances passée dans le confinement d'un hangar.

    Dans son très beau livre intitulé "Message des hommes vrais au monde mutant", la journaliste américaine Marlo Morgan, décrit son expérience auprès des Aborigènes d'Australie. Elle a vécu dans une tribu pendant une année et s'est adaptée au mode de vie de ce peuple. Marchant des journées entières, ils ne s'arrêtent que pour dormir. Ils savent qu'ils auront toujours de quoi manger. Ils se servent des végétaux, et lorsqu'ils ne peuvent pas faire autrement, ils chassent en prenant toujours soin de ne pas faire souffrir l'animal et en remerciant l'esprit de l'animal de les nourrir. Et, bien sûr, ils ne gaspillent pas. Rien n'est jeté. Tout est recyclé.

    Si l'on considère aujourd'hui le problème de la faim dans le monde et que l'on observe la quantité de nourriture qui est jetée dans nos pays industrialisés, n'y a t'il pas là un petit effort à faire pour rééquilibrer les choses ? Ceci tient aussi du respect envers autrui.

    Avoir de la gratitude envers la vie, la nature, prendre le temps de s'émerveiller devant de petites choses, c'est aussi renforcer son optimisme et améliorer sa santé morale et par conséquent physique. Evidemment, il y a beaucoup de choses qui peuvent aller de travers dans une vie. Il demeure important de prendre le temps d'y penser en faisant la liste de tout ce que nous avons : un toit sur notre tête, de la nourriture, la santé et même la vie. C'est aussi l'occasion d'unir notre âme et notre coeur à ceux qui n'ont plus de toit (observez le périple des migrants et demandez vous ce que ressent quelqu'un qui lâche tout du jour au lendemain, sans bagages) de nourriture (nous avons parlé de la faim dans le monde et c'est au coeur des femmes qui luttent pour nourrir leur enfant que nous pouvons nous unir), de santé (pensons à tous les êtres qui vivent dans un hôpital et endurent de terribles souffrance) la vie (c'est alors à tous ceux qui nous quittent brutalement que nous pensons, victimes d'attentats, d'accidents de la route, de problème de santé soudain et disparus trop rapidement).

    Pour vivre dans l'harmonie et vivre le plus possible heureux, il nous faut comprendre l'importance de la gratitude et du respect. Traiter les autres comme nous voudrions qu'ils nous traitent, respecter son environnement, donner du temps (pas forcément de l'argent) à ceux qui ont besoin de compagnie, éviter de créer de la souffrance envers autrui (humain, animal ou végétal).

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • 35a.jpg

    Parmi les principes Reiki sur lesquels on peut s’exercer à méditer, il en est un qui concerne notre travail : «Aujourd’hui, gagne ta vie honnêtement ». Comment comprendre ce précepte et ses implications dans notre vie quotidienne ? Faisons le point…

    Gagner sa vie sans la perdre

    Deux principaux sens se dégagent de cet énoncé, et laissons justement la parole à Christophe Roux qui en parle dans son ouvrage sur le Reiki.

    « Selon Hawayo Takata, il s’agit du travail permettant de gagner sa vie. Selon le Reiki japonais (« Travaille diligemment ») il est question de travail spirituel sur soi-même, par exemple la pratique de la méditation gassho matin et soir. »

    Dans la première compréhension de ce principe, on s’efforcera de trouver un emploi qui ne nuise pas à autrui. Cela signifie être toujours honnête et sincère dans ce que l’on fait : travailler avec enthousiasme si possible, donner toujours le meilleur de soi-même pour rendre un travail optimal, etc. On comprend aussi que si l’on est fidèle à ses engagements, on ne va pas prendre un poste qui exploite l’environnement abusivement ou qui manipule la crédulité d’autrui.

    Dans certaines activités où l’on est son propre « patron », il faut connaitre l’équité. Ne pas demander des sommes astronomiques pour apporter une forme de thérapie ou une autre, comme cela est parfois constaté dans bien des domaines, même dans les thérapies énergétiques et le développement personnel.

    Vu par la tradition japonaise, travailler diligemment, sous-entend que l’on soit en permanence en recherche d’évolution intérieure. Il s’agit non plus, du travail externe/matériel mais d’un lent et patient cheminement intérieur. Même là, rien ne se fait tout seul : chaque jour est un nouveau travail en soi qui draine, au fil des expériences heureuses ou douloureuses, des leçons de vie qui nous permettent d’avancer sur la voie spirituelle.

    Gagner sa vie sans la perdre, c’est aussi attribuer une juste place au travail : ni trop, ni trop peu. Il faut trouver l’équilibre parfait pour consacrer du temps au travail, à la famille, aux amis, et – cela n’est pas égoïste – à soi. Celui qui travaille jusqu’à s’abrutir se réveillera un jour en s’apercevant que sa vie est passée et qu’il n’a pas vu grandir ses enfants ou qu’il n’a pas été suffisamment disponible pour ses amis. Au niveau de la santé physique, cela se répercute souvent sur le corps et occasionne des troubles de la santé. Il est donc important d’insister sur un juste équilibre pour gagner sa vie sans la perdre.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • 78b.jpg

    Lors d’un précédent post sur ce blog, nous avions étudié pourquoi il est souvent inutile de se mettre en colère. Ceci est un conseil qui offre des bénéfices au niveau de la santé, de l’humeur, et de notre système énergétique. Une autre façon de vivre plus serein et en harmonie avec notre entourage consiste à éviter de nous inquiéter.

    Principe Reiki – « Aujourd’hui, juste aujourd’hui, ne te fais pas de soucis »

    Nous ne reviendrons pas sur la forme « aujourd’hui, juste aujourd’hui… » que nous avons décrite précédemment et qui, pour résumer notre propos antérieur, signifie que nous devons chaque jour nous remettre en question. Chaque jour est un moyen de  nous perfectionner. Vivre dans le moment présent, est un principe que l’on retrouve dans de nombreuses philosophies. Et puisque nous ne savons pas ce que nous réserve demain, ou après-demain, « Carpe Diem ».  L’idée est aussi de ne pas vouloir aller plus vite que la musique en voulant faire de grands efforts sur du long terme. Efforçons-nous juste aujourd’hui, de ne pas nous faire de soucis.

    Il semble parfois difficile de ne pas s’inquiéter. Il y a sans doute des circonstances qui impliquent de l’inquiétude. Toutefois, il ne faut pas que ce mode de pensée devienne permanent et comme une deuxième nature. Souvent, il se peut que l’on s’inquiète pour quelque chose, qui dans bien des cas, n’arrivera jamais. C’est souvent en se rappelant notre inquiétude quelques jours plus tard, que l’on s’aperçoit qu’elle était démesurée, qu’elle nous a causé une insomnie ou des maux de tête, que nous avons eu tendance à nous énerver toute la journée. Et pourtant, ce que nous avons craint, ne s’est finalement pas produit.

    Nous gaspillons le moment présent par notre façon de penser qui suppose que quelque chose de mauvais va se produire. Nous imaginons chaque détails de la situation, nous nous angoissons, et tout cela, pour finalement, s’apercevoir ensuite que nous avons créé une forme de négativité dans notre énergie vitale. Se faire du souci, comme se mettre en colère, est souvent un mode de pensée qui occasionne des vibrations énergétiques très lentes.

    Si tout le monde se fait toujours un peu de souci, il faut considérer qu’une personne qui est anxieuse de nature et très angoissée et se fait du souci pour tout, aura tendance à se sentir fatiguée et plus fragile sur le plan vibratoire.

    Dans la philosophie bouddhiste, on s’appuie souvent sur ces paroles de Bouddha « si le problème a une solution, s’inquiéter ne sert à rien. Mais, si le problème n’a pas de solution, il ne sert à rien de s’inquiéter ».

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • 1b.jpg

    Nous aurions pu également aborder ce sujet dans la rubrique des "thérapies énergétiques", mais, indépendamment des mots et des étiquettes, nous avons choisi de l'insérer dans le domaine de la méditation. En fait, toute pratique énergétique qu'elle soit appliquée à autrui ou pour soi-même (auto-traitement) repose sur une maîtrise de la méditation.

    Les 5 principes Reiki qui sont la base "philosophique" de la thérapie ne sont pas des principes religieux ou dogmatiques mais des principes liés au bon sens. Voyons ce que nous dit le premier principe.

    1er principe : ne te mets pas en colère

    Dans certains écrits, on le rencontre aussi sous la forme : "aujourd'hui, juste aujourd'hui, ne te mets pas en colère".

    La forme insistante, "aujourd'hui, juste aujourd'hui" ne nous donne pas la permission de nous mettre en colère demain pour autant ! Cette forme est liée à la pratique d'une action juste qui se fait en pleine conscience. Si, déjà aujourd'hui, et pour toute la journée, je fais attention à ne pas me mettre en colère, ce sera déjà une première victoire. Avant de penser, à ce que je ferais demain, je mets tout mon être en éveil au service de cette journée et du moment présent. Bien sûr, demain, en entamant une nouvelle journée, je relirais le même principe "aujourd'hui, juste aujourd'hui, ne te mets pas en colère" et il sera toujours valable.

    Il y a également une philosophie sous-jacente que l'on retrouve dans le Kaizen. Pour les personnes qui ont du mal à maitriser des émotions fortes, comme la colère, se donner un objectif tel que "je ne me mettrais plus jamais en colère de ma vie" est presque vécu comme un stress. L'ampleur de la tâche est telle pour un colérique, qu'il baissera vite les bras. En commençant par un petit pas, puis un deuxième, et ainsi de suite, il est beaucoup plus facile d'obtenir des résultats concrets.

    Ce premier principe nous permet aussi de nous demander ce que nous apporte la colère. Y a-t-il un aspect positif à se mettre en colère ? Obtenons-nous la faveur des autres et se mettent-ils à faire nos 4 volontés ? Non, évidemment. Une colère rarissime et libératrice, peut surprendre et faire bouger une situation en notre faveur, mais une personne colérique n'est pas vraiment prise au sérieux. Les gens se disent juste qu'il s'agit d'une énième crise de colère, et qu'il faut attendre que cela passe.

    En outre, la colère, d'un point de vue énergétique, agite beaucoup de choses, que l'on ne voit pas forcément à l'oeil nu. Celui qui vocifère, vibre sur des fréquences énergétiquement très basse et ceux qui subissent la foudre, s'ils ne connaissent pas le moyen de se détacher de la situation, auront aussi les même résultats. Tout le monde ressort de là psychologiquement et émotionnellement éprouvé, et physiquement exténué.

    Si l'adage populaire enseigne que "la colère est mauvaise conseillère", c'est qu'il faut éviter de prendre une décision importante sous le coup de la colère. Attendez plutôt que la colère retombe et quelques jours plus tard, voyez ce que vous devez faire dans un esprit serein.

    De nombreuses études médicales et scientifiques ont souvent démontré que les personnes qui ont trop tendance à se laisser emporter (voyez comme l'usage des mots en dit long !) par une colère excessives, ont plus de risques de faire une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral que les personnes qui essaient de se contrôler. Mais attention, le contrôle ne signifie pas une colère rentrée, car cela fait tout autant de dégâts qu'une colère exprimée verbalement. La parade est donc de faire sortir un trop plein d'énergie, avant que la cocotte minute n'explose (ou n'implose selon les cas). Faire un jogging, taper sur un putching ball dans une salle de sport sont des moyens de dépenser ce trop  plein énergétique. D'autres préféreront faire le ménage en grand, lessiver tout du sol au plafond, ou faire une séance de yoga pour se relier à leurs valeurs profondes.

    Nous terminerons sur une méditation à faire lorsque vous êtes en colère. Une fois calmé, asseyez-vous tranquillement et visualisez la personne ou la situation qui vous met en colère. Envoyez sur cette personne ou cette situation une énergie positive. Si c'est un collègue, vous pouvez le voir vous serrer la main ou vous prendre dans ses bras. Si c'est une situation, vous vous concentrerez sur l'issue favorable de ce problème.

    Mais en sortant de votre séance de méditation, veillez à vos pensées et vos sentiments, car si vous vous remettez à penser à la source de votre colère avec affliction et rancoeur, vous mettrez tout le processus de votre méditation en l'air. Tournez la page et allez de l'avant !

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique